Votre panier est vide  Votre compte

Réflexion sur le Reiki

L'univers m'a donné l'opportunité de réfléchir à quelques points de moi même ces derniers temps...

Ce que je donne / Ce que je reçois.

Je n'ai pas vraiment d'attentes dans la vie vis à vis des autres, sans doute le résultat positif de mes méditations, mais aussi le résultat négatif de mon histoire personnelle, je n'ai qu'une demande que l'on ne me demande jamais d'être quelqu'un que je ne suis pas. Que l'on attende de moi que je sois quelqu'un d'autre en posant sur moi un quelconque contrôle.

Il n'est pas impossible que j'ai nagé dans une forme d'extrême me mettant moi même dans une forme d'insatisfaction.

Le reiki justement... pourquoi soudainement je vous publie le programme ? il est à peu de choses près le même depuis le début. Quoique l'améliorant au fur et à mesure des années.

Quelles y sont mes attentes ? J'ai envie que cette énergie lumineuse d'amour et de sagesse soit transmise avec amour, compassion. Que les personnes venant en formation aient en main tout les outils nécessaires pour ça, que chacun puisse se positionner avec sagesse, que chacun sache se protéger afin de vivre ce cheminement dans la douceur.

Beaucoup diront que je suis réflexologue, oui, je suis réflexologue, toute ma manière de travailler est coloré de ma formation en réflexologie - les 5 éléments, le Yin le Yang, l'équilibre, le zen, ... - mais en toile de fond le Reiki est là toujours. Dans chacun de mes soins, en EFT idem et dans tout ce que je fais.

En vérité, on comprendra vite que le Reiki, sa philosophie, sa forme, quoique discret dans ma vie et parfois dans mon travail est en vérité ce qui est le plus présent.

Mais si je rencontre des enseignants Reiki formidables, je rencontre aussi très régulièrement des personnes qui ont reçu le Reiki en partie.

J'ai cru qu'il était de mon devoir alors de donner ma pierre à l'édifice, en faisant des ateliers pour compléter... ateliers quasi gratuits. En faisant des journées de complément... voir des initiations aux symboles manquant : le symbole coeur par exemple, souvent omis... et pourtant si important...

Mais il y a une chose là dedans qui ne va pas.

Je me mets dans une position étrange, ou l'élève continue à honorer son enseignant, celui qu'il a choisi et ou de manière quasi invisible je prends en charge quelque chose qui en fait n'est pas ma responsabilité.

Chacun mettra ses certificats dans son bureau, érigeant ainsi le maître choisi. Tandis que je passe discrètement derrière donner les parties manquantes... (attention : je ne dis pas que cela est toujours ainsi, il y a de nombreux excellents Maîtres Reiki, mais certains ne font que du business, je le crains... ou transmettent involontairement ce qu'ils n'ont eux mêmes pas reçu en son entier).

Comment ces parties manquantes apparaissent ?

Dans un atelier par exemple, je vais proposer que nous nous entraînions au rééquilibrage des chakras. Mais là deux personnes sur 4 vont me répondre : "je ne connais pas cet outil"... alors qu'il devraient le connaitre.

Même chose si je propose un exercice autour de ce fameux symbole coeur...

ou d'autres outils comme la chirurgie psychique...

à chaque fois, je propose alors de transmettre donc ça... (essayant le plus possible de ne pas commenter, de ne pas ronchonner, quoique des fois, je l'avoue j'ai du mal), au cours d'un atelier d'une heure, me donnant à peine le temps d'approfondir, "à l'arrache" et quasi gratuitement...

Certains me diront : mais comment on se protège ?

Voilà qui est du niveau 1...

Les 21 jours d'auto traitement ont parfois été simplement oublié.

L'art d'accueillir la personne venant nous voir tout bonnement mise de côté.

Je me sens alors dépassée... à chaque fois, je ressens ce même sentiment...

Je me demande ce que devient le Reiki... et comprends parfois les institutions qui nous voient comme des charlots.

Alors je me disais, tant pis, complète... pour que le Reiki ne se meurt pas...

Me mettant moi même dans une difficulté face à ce mot "injustice" qui parfois sonne à la porte de notre coeur.

Que vais je faire de tout ça ?

Je pense prendre le temps cet été de créer quelque chose, une réponse juste. Je ne sais sous quelle forme... je sais que ce ne sera pas dans la lutte, car même les enseignants reiki qui transmettent en une matinée deux niveaux, qui en vérité s'étudient sur (au moins) 4 jours (je ne compte ici que le temps stage, pas les échanges entre stage, les approfondissements, les méditations, les expérimentations, qui elles alignent les heures de formation bien plus que l'on ne peut en compter), donc même ça fait partie du cheminement reiki de l'élève... révélant des choix, des peurs, des doutes, des résonances, de ses envies et besoins au moment où le choix a été fait, entièrement liées à son évolution personnelles et absolument nécessaire.

Ce n'est ni bien, ni mal...

en revanche mon positionnement n'était pas bon, un positionnement de sauveur, qui ne pouvait qu'aboutir à ce moment où mes guides m'amènent à plus de réflexion et d'introspection sur ce sujet, j'en suis aujourd'hui convaincue.

Ce ne sera pas non plus une fédération, il y en a tant aujourd'hui que cela finit par devenir indécent.

Il est nécessaire pour être en accord juste avec moi même, à la fois mes valeurs et mes besoins d'être, être juste avec ceux que je rencontre, que je trouve une réponse qui m'inspire la fluidité.

La première idée sera sans doute de ne rien dire tant que l'on ne me pose pas la question ? Mais si oui, comment faire lors des ateliers ? Mes guides sans doute répondront à cette question maintenant que j'ai compris le défaut de mon positionnement.

 Om blue marblish

Vous devez être connecté pour poster un commentaire