Votre panier est vide  Votre compte

Satori

Qu'est ce que Satori ?

Définition de wikipédia :-)

Satori (japonais 悟り satori ; chinois, issu du chinois : 悟 ; pinyin : wù ; littéralement : « réaliser ») est un terme des bouddhismes chan, son et zen qui désigne l'éveil spirituel. La signification littérale du mot japonais est « compréhension ». Il est parfois utilisé à la place de kenshō (chinois : 見性 ; pinyin : jiànxìng ; littéralement : « voir la nature/caractère ou propriété »), toutefoiskenshō désigne la première perception de la nature de Bouddha ou vraie nature – une expérience qui ne dure pas. Le satori par contre désigne une expérience qui se prolonge, à l'instar d'un bébé qui apprend à marcher – après beaucoup d'efforts il se tient debout, trouve son équilibre et fait quelques pas puis tombe (kenshō). Après un effort prolongé l'enfant se rendra compte un jour qu'il peut marcher tout le temps (satori).

Il est de coutume de parler de satori quand on évoque l'éveil de Bouddha et des patriarches, car leur éveil était permanent.

Le bouddhisme zen reconnaît dans l'éveil une expérience transitoire dans la vie, presque traduisible mot à mot par épiphanie, et le satori est la réalisation d'un état d'éveil épiphanique. Comme d'après la philosophie zen toute chose est transitoire, la nature transitoire du satori n'est pas vue dans l'aspect limitant qu'il aurait dans l'acception occidentale du mot « éveil ».

La nature transitoire du satori, par opposition au permanent nirvāna qu'on retrouve dans les traditions bouddhiques de l'Inde, doit énormément aux influences taoïstes sur le bouddhisme chande Chine, à partir duquel le bouddhisme zen du Japon s'est développé.

Le taoïsme est une philosophie mystique qui met l'accent sur la pureté du moment, alors que les racines hindoues du bouddhisme indien visent une vue dans une plus grande durée – vers la sortie du cycle karmique des réincarnations perpétuelles dans le monde matériel. De l'attention du taoïsme à l'importance du moment, et de la négation de l'existence individuelle ou d'un moi individuel du bouddhisme mahāyāna, est né le bouddhisme zen avec son concept d'état transitoire du satori.

 

Satori

Un enfant de l'association la semaine dernière m'a dit, alors que je devais le laisser un quart d'heure pour aller faire une course :

"ne me laisse pas seul ici s'il te plaît, il y a une ombre qui se promène dans ta maison, on l'entends marcher, y a des trucs qui bouge, ça me fait peur"...

Il n'est pas plus compliqué que de répondre a une telle demande à un enfant, tout en veillant à ne pas bousculer ses propres croyances, sa propre culture venant de ses propres racines... Ayant absolument le devoir de poser le plus grand respect vis à vis de ce qui lui a été transmis par ceux qui font ses racines... n'en étant moi même qu'à la découverte de cet exercice si passionnant, ou l'ego n'a aucune place...

J'ai alors pris une profonde respiration... un profond instant de silence, puis,

Je lui ai répondu : "c'est l'ombre du passé et de nos peurs, et tu sais ce qui est chouette avec les ombres du passé et de nos peurs ? c'est qu'elle nous rappelle là tout de suite, qu'ici, il n'y a que toi et moi, et que nous ne risquons rien dans ce présent."

"En attendant elle est là", m'a t'il répondu...

"Oui mais elle n'est alimenter que par nous, par nos souvenirs, par nos peurs, sans nous elle ne vit pas. Elle ne nous fera donc aucun mal".

Il m'a regardé, a réfléchit, et a fini par me dire "d'accord".

à ce moment, je voulais simplement le rassurer, à cet instant je souris, car je comprends mes propres mots.

 

- Claire -

 

Satori